Espace membre : si vous êtes adhérent de la section de la Drôme, vous pouvez   vous connecter
Section de la Drôme

REMISE EN EAU DU LAVOIR

30 juin 2021

REMISE EN EAU DU LAVOIR                        

            Le mercredi 30 juin, dans la commune de Manas, nous étions une centaine à avoir un rendez-vous avec une belle histoire née 171 ans auparavant. Monsieur Jacques Payen, à bientôt 101 ans, doyen du Comité de la Drôme Provençale de la Société des Membres de la Légion d’Honneur, en tant que  Président honoraire de l’Association des Amis du patrimoine de Manas a illuminé la soirée par sa présence, son intervention et l’attention qu’il a apportée à chacun. 

            Peu après 18 heures, joué par Michel Vivant,  le garde champêtre en tenue d’époque a fait irruption sur la place du village. Fort d’une voix puissante ponctuée par le fracas d’un tambour vaillant, étonné  par le rassemblement de cette foule enjouée et bruyante, le garde, avec fougue fit un rappel à la loi, au retour à  l’ordre et au calme. Un peu plus loin la main experte de Monsieur Daniel Bussy,  tournait la manivelle de l’orgue de barbarie construit par lui, laissant planer au-dessus de la place une douce mélopée d’autrefois.

 

                        Michel Vivant, le garde champêtre

 

            Le silence ayant à nouveau retrouvé ses droits, Monsieur Xavier Malatre, élu de la commune nous  plongea soudainement au milieu du 19ème siècle en nous faisant partager avec émotion la création du lavoir public de ce village provençal.

            Pour être au cœur de l’action, je vous propose de vivre cette séance historique du conseil municipal de 1850 en lisant l’extrait du Registre des délibérations du Conseil municipal de la commune de Manas.

        « L’an-mil-huit-cent-cinquante et le dix-sept du mois de novembre, le conseil municipal de la commune de Manas, et les plus forts contribuables convoqués conformément aux articles 39 et 40 de la loi du 15 mai 1818, en nombre égal à celui des Conseillers en fonction, se sont réunis pour la quatrième session ordinaire de 1850, à l’effet de voter une imposition extraordinaire pour faire un lavoir public et pour la conduite, hors du village, de l’écoulement de l’eau des fontaines de cette commune.

        A cet effet, l’assemblée présidée par Monsieur René en sa qualité d’adjoint, faisant fonction de Maire, a délibéré ce qui suit :

        - Considérant que le trop plein des eaux des fontaines, s’écoulant dans les rues du village, présentait de graves inconvénients à la circulation, soit à cause des boues qu’il occasionnait, pendant la plus grande partie de l’année, soit à cause des glaces procurées dans les rues dans la saison rigoureuse de l’hiver,

        - Considérant en outre que ces eaux ont pu être rendues de la plus grande utilité par la création d’un lavoir public,

        L’assemblée après avoir examiné dans tous ses détails l’état des travaux et dépenses qu’il a été nécessaire de faire pour l’exécution des deux projets précités ; lequel état s’élève à la somme de cent quarante francs, décide qu’il y a lieu d’approuver le dit état ; attendu que tous les articles qu’il contient, et par conséquent la quotité de la dépense, sont reconnus nécessaires.

        Mais attendu d’autre part que le budget communal ne présente pas de ressources pour couvrir cette dépense et que d’ailleurs treize propriétaires notables en ont payé intégralement le montant de leurs propres deniers, pour et au nom de la commune, à l’ouvrier qui a exécuté les  travaux,

        L’assemblée demande que la Commune soit autorisée à s’imposer extraordinairement en 1851, jusqu’à concurrence de la somme de cent quarante francs, pour, la dite somme, être remboursée aux treize propriétaires qui en ont fait volontairement l’avance à la Commune pour la construction d’un lavoir public et pour la conduite hors du village, du trop-plein des eaux de ses fontaines, lesquels propriétaires sont : Messieurs Faysse, ancien maire, Antoine Audibert, Antoine Messier, Auguste Magnet, Baptiste Magnet, Charles Adam, André Comblefory, Alexis Grimaud, François Girard, Louis Sibourg, Hector Ollivier, propriétaires, Louis René Maire et Gustave Raymond, instituteur, tous domiciliés à Manas.

        Fait et délibéré le 17 septembre 1850, par les membres du conseil municipal et les plus forts contribuables soussignés ».

        Après ce voyage en 1850 et tous de retour en 2021, Madame Marie-Françoise Nageotte, Présidente de l’association nous a accueillis très chaleureusement en  soulignant que la remise en eau du lavoir et des fontaines était un magnifique témoignage du passé et de l’amour porté par chaque Manasson à son village.

            Madame Mireille Vivant, vêtue d’un fichu et d’une blouse, habits traditionnels portés  par les grands-mères du 19ème siècle   évoqua ensuite le souvenir d’enfance de Madame Marie-Jeanne Legay. Cette Manassonne avait alors douze ans lorsqu’elle retrouvait les lavandières, le linge sur les brouettes, l’action énergique des mains sur le battoir et l’eau devenue laiteuse par le savon de Marseille. A l’issue, Monsieur Jean-Claude Augez ancien  Président de l’association sabra le champagne au-dessus des eaux du lavoir, impatientes de recevoir cet élixir.

         Témoignage par Mme Mireille Vivant

 

            Madame Michèle Charrière, représentant Madame Florence Merlet, Maire de la commune, souligna ensuite le rôle majeur tenu par Monsieur Jacques Payen ancien Président de l’association particulièrement énergique dont beaucoup m’ont dit au cours de cette soirée ; «  Monsieur Payen, ah oui, il fallait le suivre, il est incroyable, quelle énergie ! ».

            La parole était alors donnée à notre doyen, la « Star de la soirée », qui a conclu ce bel événement dans l’écoute et l’émotion de chacune et de chacun.                                                 

«  L‘eau des collines, c’est la vie, écrivait mon oncle Pagnol dans Manon des sources. Aujourd’hui se réalise un engagement de  vingt années.

        A l’époque, début 2000, les sources de Sainte Euphémie, alimentant le village, s’étaient à l’usage, perdues dans la nature, faute d’une bonne captation. L’eau ne coulait plus dans le lavoir et les fontaines.

        Avec J.P Lorie, maire que je secondais, nous avons décidé de les faire revivre. Après l’achat de 800 mètres de tuyaux et pour éviter les frais importants de terrassement d’une tranchée, nous avons jugé raisonnable et plus économique d’attendre la mise  en place, sur le chemin des Costes d’un réseau d’assainissement des eaux usées, financé par l’Agglomération communauté de communes de Montélimar qui avait accepté de mettre, ainsi bénévolement, nos tuyaux, à l’abri. Mauvais choix, car le chantier qui nous aurait accueilli sans frais, attend toujours le feu vert des autorités de tutelle.

        D’ici là, et pour prouver notre détermination, une équipe des « Amis du patrimoine » de Manas, a mis au point une solution qu’on pourrait qualifier de provisoire, mais qui redonnera vie au centre du village.

        Nous l’inaugurons donc aujourd’hui. Merci à tous et à toutes qui ont contribué à cette bonne formule, dont Michel Vivant et Jean-Claude Augez, sous la maîtrise de Marie-Françoise Nageotte, ont été les initiateurs.                             

        Bravo et vive Manas ! » 

                               M Jacques Payen

                                                                               

        Après  le pot de l’amitié pris autour des eaux enfin retrouvées, chacun, son verre à la main a rejoint quelque cent mètres plus loin l’orchestre « Les Rétro-Actifs » qui apporta une touche musicale enjouée sur des airs de chansons françaises, d’Amérique latine et de rock. Félicitations aux musiciens et aux chanteuses et chanteurs.

            La fête a continué autour d’un buffet bien garni et à proximité d’une fontaine joyeuse d’avoir elle aussi retrouvé son eau pure et cristalline.

 

                                                                                   Général Alain ROCHE

                                                           Président honoraire du Comité de Montélimar de la

                                                                       Société des Membres de la Légion d’Honneur

           

                               

Retour aux articles