Espace membre : si vous êtes adhérent de la section de la Drôme, vous pouvez   vous connecter
Section de la Drôme

Obsèques de Monsieur Marcel PEZ

21 juillet 2019

C'est sous le regard de la Vierge Marie et de Josph, qu'avait lieu, le Lundi 22 Juillet   , en l'église de CLEON D'ANDRAN , les obsèques de Marcel PEZ décédé le 19 Juillet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre Président absent pour raison familiale, nous représentaient à cette cérémonie, le Dr André ALLAND , Vice-président, Mme Monique MARTINEU, secrétaire/Trésorière et le lieutenant Jean claude BERNARD. Mr Jean Claude LAUNAY était notre porte-drapeau.

C'est Mme Monique MARTINEU qui a prononcé l'hommage au nom de la SMLH et vous en trouverez le texte ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Marcel Pez a 21 ans en 1943, il est étudiant pour devenir Instituteur, c'est alors que l'injonction de rejoindre le STO (service du travail obligatoire) en Allemagne" lui a été donnée.

Mais c'est sans compter sur le choix de Marcel de refuser cette obligation de collaborer. II est devenu « réfractaire » suivant le terme de l'époque. Il se réfugie dans la ferme de ses parents à Lemps, petit village du sud de la Drôme à la limite des Hautes Alpes. C'est là qu'en février 1944, il est contacté par les Résistants locaux pour lui confier différentes missions de ravitaillement, de soins infirmiers et enfin de participer à la libération du sud drômois.

A ce titre ; il est titulaire de la carte d'ancien combattant et de Résistant.

A la libération, il retrouve sa vocation d'enseignant . De poste en poste , il arrive à Cléon d'andran, d'abord instituteur, puis professeur de collège en lettres-anglais et enfin directeur du Collège de Cléon d'Andran jusqu'à sa retraite en 1977.

 C'est une vie en plein accord avec ses convictions au service de l'intérêt général. C'est ce qui a été reconnu pour l'octroi de la Légion d'honneur dont il a été fait Chevalier en 2015.

En effet, selon la volonté du premier Consul Bonaparte en 1802, cette récompense ne doit pas être réservée aux seuls militaires mais aussi pour reconnaître la dignité, les valeurs et les talents des civils.

Cette dignité, nous avons eu l'occasion de l'observer dans la dernière partie de sa vie, quand il a été atteint par la maladie. C'était bien le même Marcel .

 C'est avec émotion que notre Comité de la Légion d'honneur avec son Président le général Alain Roche avons voulu témoigner et honorer la mémoire de Marcel auprès de ses enfants Gisèle et Christophe et son épouse Annie qui I'a aimé et accompagné sans relâche ces dernières années.

Merci de votre exemple Marcel."

C'est ensuite Mr CABRERA, en tant que Maire de CLEON d'ANDRAN qui a pris la parole pour retracer le parcours de notre ami disparu, et vous en trouverez le texte ci dessous.

" Nous sommes rassemblés dans cette église pour rendre un dernier hommage à notre ami Marcel PEZ qui vient de nous quitter brutalement pour un monde que l'on dit meilleur.

La nouvelle inattendue parcourait le village de CLEON D'ANDRAN et bien au-delà, et plongeait dans la consternation tous ceux qui connaissaient Marcel PEZ, ses amis, ses collègues, ses voisins, tous accablés devant le cruel destin qui nous a enlevé un ami, un homme de bien, un homme de cœur.

Né le 14 septembre 1922 à LIMPS,  dans le canton de REMUZAT,, il fait ses études au lycée ROMANILLE à NYONS.

Bachelier en 1940, puis instituteur en octobre 1941–1942. École normale en 1942 et 1943. Stages sportifs au CREPS de VOIRON dans l'Isère.

En 1943 est créé le STO. Marcel y est réfractaire.

Il est contacté par le chef de camp des résistants installés dans une ferme proche de celle de ses parents, afin de collecter du ravitaillement destiné aux maquisards. Et durant trois mois, il a accompli cet exercice périlleux, jusqu'en mai 1944.

Les résistants étant partis après avoir subi plusieurs attaques des Allemands, le 10 juin 1944, Marcel suit une formation de préparation militaire dans les Hautes-Alpes. Puis il est chargé, après une attaque allemande d'ensevelir dans le cimetière du village deux  soldats allemands victimes de nos résistants.

Les Allemands arrivaient et Marcel est obligé de partir rapidement vers sa ferme natale (40 km).

Courant juillet 1944, sous la direction d'un médecin, Marcel est admis comme infirmier à la huitième compagnie du bataillon  des FTP ' (Francs Tireurs Partisans).

Déplacé vers VENTEROL,, la BEGUDE DE MAZENC,, la BATIE ROLAND, Marcel participe à la libération de la région de MONTELIMAR, et puis enfin il est démobilisé en septembre 1944.

Marcel est titulaire de.

La carte de réfractaires du ST O. Du certificat d'appartenance aux forces françaises de l'intérieur. Des distinctions nationales, chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur, chevalier de l'Ordre National du Mérite, chevalier de l'ordre des Palmes Académiques, médaille de reconnaissance de la nation.

Sa carrière professionnelle est le moins que l'on puisse dire riche.

Riche, car il est bachelier en 1940 en mathématiques élémentaires, puis surveillant au collège de PRIVAS en 1941.

En 1942, il est nommé instituteur suppléant à MONTBRUN LES BAINS puis titulaire à la fin de scolarité.

En 1942 1943, il suit la formation des instituteurs à l'école normale.

En 1943 il entre dans la résistance (FFI).

En 1945, il est  instituteur à la CHAPELLE EN VERCORS puis à la ROCHETTE DU BUIS.

En 1946 il est nommé instituteur titulaire à CLEON D'ANDRAN en 1958 puis professeur d'enseignement général d'anglais.

En 1966 il est nommé directeur du  collège de CLEON D'ANDRAN.

En dehors de ses occupations professionnelles, Marcel participe à la vie du village, il est secrétaire/trésorier du comité des fêtes, et ce pendant 50 ans, avec une collaboration très étroite avec les habitants et les élus.

Il est élu au conseil municipal en mars 1965, premier adjoint de 1983 jusqu'en 1995.

Il restera l'un des piliers de l'amicale des anciens combattants de CLEON D'ANDRAN jusqu'en 2016.

Il sera aussi président de l'association drômoise des anciens combattants et amis de la résistance.

Il était d'une très grande courtoisie,par la séduction qui émanait de sa personne et qui était faite de mesure et de finesse, mais surtout de cette chaleur du cœur, cette richesse de la sensibilité et cette générosité innée.

A ces  dons exceptionnels, il ajoutait une simplicité qui lui gagnait toutes les sympathies.

À vous Madame PEZ, à ses enfants, Gisèle, Christophe et son petit enfant Kevin, à tous les amis éplorés, j'adresse le témoignage de notre sincère affliction, d'autant que j'ai été durant plusieurs années son l'élève et maintenant c'est l'infinie tristesse et le déchirement de la séparation !

Cher Marcel, vous n'êtes pas morts en vérité que pour qui ne vous ont pas connu.

Vous le savez, le soldat que vous avez été ne mourra jamais cher Marcel adieu.

Quelques photos complémentaires

 

 

 

 

 

 

Retour aux articles