Espace membre : si vous êtes adhérent de la section de la Drôme, vous pouvez   vous connecter
Section de la Drôme

11 NOVEMBRE 2020

11 novembre 2020

Bonjour à toutes et à tous,

            Nous étions une vingtaine de personnes, réunies devant le monument aux morts de la ville de Montélimar, dans des conditions particulières liées à la pandémie de la Covid-19, le mercredi 11 novembre 2020, pour commémorer le 102ème  anniversaire de la signature de l’armistice de 1918.

            Etaient présents : Monsieur Philippe NUCHO, Sous-Préfet de la Drôme, Madame Alice THOUROT, Députée de la Drôme, Monsieur Julien CORNILLET, Maire de Montélimar, quatre conseillers départementaux, représentant Madame Marie-Pierre MOUTON, Présidente et quatre présidents d’Ordres nationaux et d’associations patriotiques.

            Notre Comité était représenté par  : l’Amiral Éric SCHERER, Monsieur Jean-Jacques AYZAC, Madame Annie PEZ, Présidente ANACR Drôme et le Général Alain ROCHE, Président du Comité SMLH de Montélimar. Notre drapeau était porté par Monsieur

             A l’issue de la lecture des noms, « Morts pour la France » au cours de l’année 2020, Madame Laurence GLEIZAL, Présidente  a communiqué le message de l’Union Fédérale des Acines Combattants. Madame Alice THOUROT a ensuite prononcé une allocution, avec une mention particulière sur Monsieur Maurice GENEVOIX, entré au Panthéon. Monsieur le Sous-Préfet a terminé en lisant le message de Madame Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants

             « C’était il  y a un siècle. Ce 10 novembre 1920, la Grande Guerre est achevée depuis deux ans. Dans la citadelle de Verdun, Auguste Thin, soldat de deuxième classe et pupille de la Nation, dépose un bouquet d’œillets blancs et rouges sur le cercueil d’un soldat. Un parmi tous les combattants des Flandres, de l’Artois, de la Somme, du Chemin-des-Dames, de Lorraine, de la Meuse… Un de ces braves ! Un des poilus qui participa à une interminable guerre. Un de ces Français qui œuvra à la tâche incommensurable de la Victoire.
Un parmi des milliers qui est devenu le Soldat inconnu.
Le 11 novembre 1920, le peuple de France l’accompagne solennellement sous les voûtes de l’Arc de Triomphe. La patrie, reconnaissante et unanime, s’incline respectueusement devant son cercueil, en saluant la mémoire de tous les soldats morts sous le drapeau tricolore.

            Quelques mois plus tard, il était inhumé. Depuis 1923, la Flamme du Souvenir veille, nuit et jour, sur la tombe. Chaque soir, elle est ravivée pour que jamais ne s’éteigne la mémoire. La sépulture du Soldat inconnu est devenue le lieu du recueillement national et le tombeau symbolique de tous ceux qui donnent leur vie pour la France.

            Cet anonyme représente chacun de nos morts et tous nos morts en même temps.
Cette mémoire vit également dans chacune de nos communes, dans chaque ville et village de France, dans chacun de nos monuments aux morts, dans chacun des cimetières, dans nos mémoires familiales. Elle vit dans l’œuvre de Maurice Genevoix qui entre aujourd’hui au Panthéon. Le Président de la République l’a souhaité en l’honneur du peuple de 14-18.
Maurice Genevoix n’entre pas seul dans le temple de la Nation. Il y entre en soldat des Eparges, en écrivain et en porte-étendard de « Ceux de 14 ». Il y entre avec ses millions de frères d’armes, ceux dont il a immortalisé le souvenir, l’héroïsme et les souffrances. Il y entre avec toute la société, de la première ligne à l’arrière, mobilisée face à l’adversité et qui a tenu avec une admirable endurance. 8 millions de soldats combattirent sous les couleurs de notre drapeau, aucun d’entre eux ne revint totalement indemne. Des centaines de milliers furent blessés dans leur chair comme dans leur âme. 1 400 000 tombèrent au champ d’honneur.

            Nous ne les oublions pas. Inlassablement, nous les honorons.
Chaque 11 novembre, la Nation rend également un hommage solennel à tous les morts pour la France, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui. Chaque année, nous rappelons leur nom.
Chaque 11 novembre est un moment d’unité nationale et de cohésion autour de ceux qui donnent leur vie pour la France, de ceux qui la servent avec dévouement et courage. En ces instants, au souvenir des évènements passés et aux prises avec les épreuves de notre temps, nous nous rappelons que c’est tout un peuple, uni et solidaire, qui fit la guerre, qui la supporta et en triompha ».

            Cette cérémonie, en « petit Comité restreint élargi », sans public s’est déroulée dans le recueillement et l’émotion contenue et profonde. Quatre gerbes ont été déposées dont celle des associations patriotiques portée par le Président du Comité SMLH de Montélimar, accompagné par Madame Laurence GLEIZAL et Madame Annie PEZ.             

            Après la minute de silence, la Marseillaise a retenti, toujours autant poignante. A l’issue les autorités ont salué et remercié les deux porte-drapeaux autorisés à assister à la cérémonie.

            .  

                                                                                  Général Alain ROCHE.

 

Retour aux articles