Espace membre : si vous êtes adhérent de la section de la Drôme, vous pouvez   vous connecter
Section de la Drôme

73ème Anniversaire des fusillés d'ALLAN

31 mars 2017

Ce Samedi 1er Avril 2017, sous une pluie fine et froide, a eu lieu à ALLAN la cérémonie commémorant  le 73ème Anniversaire du sacrifice de jeunes résistants pour la défense de la FRANCE et de la LIBERTE.

Etaients présents, lors de cette cérémonie, notre Président, le Général Alain ROCHE et le Vice-Président  le Dr André ALLAND, ainsi que notrte porte drapeau Guy LORRAIN.On notait également une délégation de PIERRELATTE dirigée par son ancien Président, le Colonel Jean Claude BERTRAND,.

Cette cérémonie s'est déroulée en 3  étapes, la première devant la plaque où sont notés les noms de ces martyrs, la seconde devant la plaque rappelant le rôle émminent de l'Armée US pour la libération de notre patrie, et enfin, la 3ème au cimetière d'ALLAN.

La cérémonie a débuté par une allocution de Philippe TILLARD, président des anciens combattants d'ALLAN, rappelant le déroulement des évènements:

« Le jeudi 30 mars 1944 à 11h30 un groupe du maquis PIERRE, cantonné à la ferme de l'Aubagne tombait après trois heures d'un dur combat : le bilan est de 6 prisonniers et 2 morts. Seul Jean BERNAY réussit à s'évader malgré sa blessure;

Le récit que je vais vous lire dans quelques instants a été établi d'après les propos de Monsieur Léo ROSTAND, ancien du maquis PIERRE, de Monsieur Jean-Marie OLMEDO , de Monsieur Georges ALMORIC ( maire d'Allan à cette époque) et de Monsieur Jacky MAÇON dont le frère a été tué à la ferme d'Aubagne.

LE MAQUIS PIERRE

 

Le groupe de maquisards qui s'est installé dans les fermes de l'Aubagne et de Nazareth situés à l'est d'Allan appartiennent au maquis PIERRE, du nom du commandant du maquis, le lieutenant Pierre CHALLAN-BEVAL . Ce maquis fait partie de l'A.S ( armée secrète). Il était installé depuis l'automne 1943 et l'hiver 1944 dans les montagnes au-dessus de Nyons et avait déjà rencontré les allemands dans des combats. Deux autres camps avaient été créés par la suite dont celui d'Allan qui ne s'était constitué que depuis quelques mois. L'armement des maquisards était encore rudimentaire bien qu'ils soient pourvus d'un fusil mitrailleur. L'instruction militaire n'en était qu'à son début.

 

L'OPÉRATION A CHATEAUNEUF DU RHÔNE

 

Le 29 mars 1944, le lieutenant Marcel DELABY, le chef du groupe d'Alan, prépare une opération de récupération d'essence , pour la nuit suivante, sur un wagon arrêté depuis plusieurs jours en gare de Châteauneuf-du-Rhône. En effet, le carburant est rare en mars 1944 et il est nécessaire pour les déplacements. Un groupe de maquisards se rend donc en camion à Châteauneuf-du-Rhône tandis que d'autres restent à la ferme de l'Aubagne. Alors que l'opération de transvasement touche à sa fin, les maquisards qui protègent l'opération en patrouillant sur les abords de la gare, tombent dans une embuscade des Waffen SS. Ils viennent de Viviers où ils sont cantonnés. Dans l'attaque le lieutenant DELABY est tué et le lieutenant Daniel QUINAUD gravement blessé aux jambes. Un adjudant allemand est tué dans l'accrochage. Les autres maquisards roulent dans les champs en contrebas de la route et réussissent à s 'enfuir vers le défilé de Donzère. Le groupe rentre à pieds et au petit matin arrive à la ferme de l'Argelas sur les hauteurs d'Allan, à quelques kilomètres de la ferme de l'Aubagne.

 

 

L'ATTAQUE DE LA FERME DE L'AUBAGNE

 

A 8h30 les Waffen SS traversent Allan en camion et manifestement bien informés prennent la direction d'Aiguebelle. Ils s'approchent de la ferme de l'Aubagne pourtant non visible de la route.

Dans la ferme les maquisards au nombre de 8 vaquent à leurs occupations ( toilettes, corvées). L'arrivée des allemands, guidés par un maquisard arrêté le matin même à Châteauneuf-du-Rhône est une surprise pour tous.

 

Pourtant ce dernier ayant pris soin de ne pas emprunter le chemin assez discret, mais de les mener à travers champs, visible de la ferme depuis longtemps. N'ayant pas de garde, la surprise est totale. Un des maquisards Jean BERNAY donne l'alerte et parvient à s'enfuir sans que les autres ne le suivent. Il est blessé au mollet mais parvient à se cacher sous un petit pont avec l'aide d'une paysanne qui ira chercher de l'aide pour le transporter et le faire soigner à l'abbaye d'Aiguebelle. Ce sera le seul survivant de l'Aubagne.

 

 

LE MASSACRE D'ALLAN

Monsieur ALMORIC maire de la commune raconte avec une grande émotion. "Vers 16 heures un officier allemand me fait appeler, il me montre sur le siège arrière de sa voiture, le cadavre d'un allemand tué à l'Aubagne par les terroristes et il m'informe que conformément à la loi de la guerre, ceux-ci vont être fusillés dès qu'ils arriveront. Les américains feraient de même si cela leur arrivait ajoute-t-il. Il exige que la population et les enfants de l'école soient rassemblés au plus vite. Je lui explique et le fait qu'il parle français facilite les choses, que cela n'est pas possible ( c'est un jeudi, jour de repos des écoliers) les gens travaillent aux champs. Après discussion l'officier accepte que seules les autorités municipales soient présentes.

A ce moment les jeunes arrivent et je ne peux oublier leurs regards, puis il accepte que le curé d'ESPELUCHE , l'abbé d'YVOIRE rencontre les résistants aussi longtemps qu'il le veut avant de mourir. Celui-ci passera de longues minutes avec chacun d'eux, puis offrira sa vie en échange de celle des six jeunes gens... Mais l'officier refuse.

Les prisonniers, alignés contre le mur, sont fusillés à 17 heures, trois par trois. Le corps du lieutenant Marcel DELABY tué dans la nuit à CHATEAUNEUF-DU-RHONE est jeté sur celui des suppliciés. Puis ils achèvent Daniel QUINAUD blessé dans la nuit. Huit corps gisent maintenant devant le mur des fusillés."

Louis BIED et Pierre MAÇON sont morts le matin, touchés au début de l'engagement. Leurs corps ont été retrouvés le lendemain aux abords de la ferme.

Le 30 mars 1944, dix soldats des Forces Françaises de l'Intérieur sont morts pour la France."...

Peu après, lors de l'attaque de l'Armée US, les soldats Donald BOWMAN, William LEAMAN, James DOOLIN, James LOVASCIO, Norval MONROE et Louis POLONSKY sont égalements morts sur cette terre d'ALLAN

Allanaises, Allanais,

Françaises, français

Souvenez-vous

Ce discours a été suivi par ceux du Maire d'ALLAN, Mr Yves COURBIS , puis par celui de Député Maire Franck REYNIER

 

Quelques photos de l'a cérémonie:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour aux articles